Confinés en manque ? - Heyme  

Confinés en manque ?


Le confinement a réduit à néant les interactions sociales et par conséquent les éventuelles relations sexuelles, qui pouvaient en résulter. Une situation inédite et difficile à gérer aussi bien pour les couples que pour les célibataires les plus endurcis ! 

Alors, sommes-nous tous confinés en manque ? Pas si sûr… 

2020 : le désert sexuel  

2020, une année marquée par une crise sanitaire qui a chamboulé l’ensemble de nos habitudes, y compris sexuelles. 

Les gestes barrières et la distanciation sociale ont été un véritable frein aux rapprochements humains, mettant ainsi la sexualité à rude épreuve ! 

HEYME a voulu en savoir plus et n’a pas hésité à réaliser sa propre enquête. Les résultats ont démontré que 64% des personnes interrogées étaient en couple en 2020, 43% étaient célibataires, 6% en relation libre, 0,7% entretenaient une relation polygame et 0,5% étaient en trouple (couple à trois). 

Une crise sanitaire qui n’a pas empêché 24% des sondés d’avoir 2 à 5 partenaires sexuels à travers les applications de rencontres (20%) ou leurs cercles sociaux (24 %). 

Sex-toys, masturbation et pornographie 

La baisse de rapports sexuels a remis au goût du jour, l’utilisation des sex-toys, le recours au plaisir solitaire et le visionnage de vidéos pornographiques. 

46% des sondés ont fait l’acquisition de sex-toys ou d’accessoires sexuels pendant le confinement et 38% en avaient déjà en leur possession ! 

Le recours à ces gadgets sexuels est synonyme d’épanouissement sexuel pour 79% des personnes interrogées. 

Et la masturbation n’est pas en reste, 42% des personnes sollicitées lors de notre enquête, confirment pratiquer le sexe en solitaire, au moins 1 fois par semaine. Une habitude qui n’a connu aucun bouleversement, étant donné que 51% des concernés ont estimé ne pas avoir eu davantage recours à l’onanisme durant les périodes de confinements successifs. 

Pour ce qui est des contenus pornographiques, 35% avouent y consacrer leur temps une fois par semaine, 20% une fois par jour, 19 % une fois par mois et 7%, une fois par an. 

Une consommation de pornographie qui n’influe pas sur les pratiques sexuelles pour 59% des sondés.  

Post-confinement, un boom sexuel ? 

40% des personnes interrogées estiment que le nombre de leurs rapports sexuels a diminué, pendant le confinement ! 

Mais la fin de la crise sanitaire, sera-t-elle synonyme de multiplication de partenaires sexuels ? 

76% des sondés assurent que cela ne changera rien tandis que 20% estiment qu’ils auront plus de partenaires sexuels après la pandémie.

Enquete Heyme

Téléchargez gratuitement
notre étude « le Q en 2021 » 🍑

La sexualité des jeunes en 2021

La sexualité
des jeunes en 2021

Hey toi !

Check nos autres articles / actus

Tout savoir sur les IST - Heyme
  •  
  •  
2 minutes
Vie sexuelle

Les IST sont des virus, bactéries, champignons ou parasites qui se transmettent lors de relations sexuelles non ou mal protégées. Les Infections Sexu...

avatar La team HEYME
Se faire dépister d'une IST - Heyme
  •  
  •  
2 minutes
Vie sexuelle

Le dépistage peut être une étape compliquée voire effrayante pour certain, mais il est un acte important et responsable. Il est tout à fait normal de...

avatar La team HEYME
Se protéger des IST - Heyme
  •  
  •  
2 minutes
Vie sexuelle

Pour vivre pleinement sa sexualité et en bonne santé, voici nos conseils pratiques pour te protéger !

avatar La team HEYME

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés à optimiser l’utilisation du site. Pour en savoir plus sur notre politique de cookies, cliquez ici.