Les addictions comportementales ou « addictions sans substance » - Heyme  

Les addictions comportementales ou « addictions sans substance »

Quand on évoque la dépendance et les symptômes de sevrage, on pense souvent à l'alcool, à la cigarette ou à la drogue. Pourtant, on peut aussi développer une dépendance sans stupéfiants, stimulants ou substances psychotropes.

Un comportement qui semble anodin peut être le début d'une dépendance persistante et impacter sensiblement notre vie. Les dépendances comportementales sont semblables aux addictions aux substances ... En fait, ces deux formes de dépendance agissent sur notre cerveau exactement de la même manière. Voyons cela de plus près !

Qu'est-ce qu'une addiction comportementale ? Comment fonctionne-t-elle?

Dévorer une bonne glace sucrée, regarder 7 épisodes d’affilée de ta série préférée ou défiler les photos de tes stars préférées sur Instagram. Ce sont des choses qui te rendent heureux. Les gens ont tendance à refaire des choses qui les rendent heureux. En effet, dans ces moments-là, un réseau spécifique de zones cérébrales est activé : le système de récompense.

Malheureusement, ton système de récompense ne sait pas si le comportement qui te rend heureux est bon ou mauvais pour toi.

Un bon exemple pour bien comprendre : le sucre. Les aliments et boissons sucrés déclenchent la production de dopamine dans ton cerveau. La dopamine est la substance de ton cerveau qui active le système de récompense.

Bien que l'excès de sucre ne soit pas bon pour ta santé, il assure quand même la production de dopamine. Ton système de récompense s’active et ton cerveau retient que les aliments sucrés te font plaisir.

La prochaine fois que tu verras une bouteille de boisson gazeuse, la tentation d'en boire augmentera. Lorsque tu perds le contrôle et que tu ne peux plus résister à la tentation, tu peux développer une dépendance.

Les boissons et les drogues, tout comme les comportements qui te rendent heureux, conduisent à la production de dopamine. Ainsi, ton cerveau réagit de la même manière aux expériences agréables qu'aux substances dangereuses.

Quelle est la différence entre une habitude et une addiction comportementale ?

Si tout ce qui nous fait du bien déclenche la production de dopamine et active ainsi notre système de récompense, pourquoi ne développons-nous pas tous des dépendances? Une dépendance n'est pas uniquement le résultat d'un système de récompense actif. Comment peut-on donc différencier une habitude d’une addiction comportementale ?

Une dépendance se développe lorsqu’on utilise un stupéfiant ou un certain comportement pour échapper temporairement à la réalité. Le jeu pour éviter la douleur, le shopping pour échapper au stress, etc. C’est une façon de combler un manque.

Lorsqu’on répète ce comportement, une attente surgit : je me sens mal mais je sais que si je commence à manger ou à regarder la TV maintenant, je me sentirai mieux. La différence entre une habitude et une dépendance réside dans la réalisation de cette attente. En répétant ce processus encore et encore, notre cerveau se projette dans la réalisation de l'attente et notre système de récompense est de plus en plus activé.

La dépendance comportementale soulage l'inquiétude, le stress et la douleur à court terme, mais nous fait subir des effets négatifs à long terme. Pour les fuir, nous continuons à reproduire le comportement qui nous fait nous sentir bien temporairement. Cela crée un processus répétitif qui ne peut être facilement rompu !

Addictions comportementales courantes

L’addiction aux jeux de hasard

Tu veux constamment aller jouer au loto ? De toutes les dépendances comportementales, l'addiction au jeu est la plus connue.

Des études montrent que la dépendance au jeu active les mêmes zones du cerveau que la toxicomanie. Généralement, le traitement des troubles des jeux de hasard est inclus dans le même type de thérapie que la toxicomanie et l'alcoolisme !

L’addiction au sexe

Tu as déjà entendu parler de célébrités qui entrent en désintoxication pour dépendance sexuelle ? Bien qu'elle ne soit pas formellement classée comme une dépendance, ses symptômes comme la perte de contrôle et le mépris des risques sont très similaires à ceux des dépendances aux substances.

L’addiction à internet

Nous vivons à l’ère du tout numérique... Mais est-il possible d'être trop branché au point d’être dépendant d'internet ?

La dépendance à Internet peut être un problème pour certaines personnes lorsqu'elle implique une perte de contrôle, ainsi que des conséquences qui nuisent à nos activités professionnelles et quotidiennes.

L’addiction au travail

Les bourreaux de travail ou les drogués du travail se caractérisent par un besoin excessif et incontrôlable de travailler constamment. Ce comportement peut avoir un impact négatif sur leur santé physique et émotionnelle, ainsi que sur leurs relations sociales. Ces personnes travaillent souvent sans aucune obligation explicite ou implicite en dehors des heures de travail.

Des études montrent que de nombreux adultes consacrent plus de 12 heures par jour à leurs professions pour échapper à des problèmes personnels, ce qui conduit à des répercussions irrémédiables sur leur santé.

L’addiction à la pornographie

Différents facteurs peuvent agir comme éléments déclencheurs de cette dépendance : une dépression intense, des facteurs biologiques, des problèmes relationnels où la pornographie peut être un exutoire, etc.

L’addiction au shopping

L’achat est un autre comportement qui, lorsqu'il devient incontrôlable, est considéré comme un trouble du contrôle des pulsions. Tu achètes des produits pour éviter de te sentir triste, mais tu te sens coupable par la suite ? Tu as un placard plein de vêtements que tu ne mets pas ? Tu pourrais en effet être accro au shopping. Des études montrent que les achats peuvent entraîner de sérieux problèmes, tant financiers que personnels.

L'addiction aux comportements à risque

Les amoureux de sensations fortes veulent à tout prix expérimenter plus d’heures de parachutisme ou d'escalade, et continuent à chercher des aventures encore plus dangereuses pour ressentir toujours le même niveau d'excitation et d’adrénaline.

Des études montrent que ces sensations inondent le cerveau des mêmes substances chimiques que celles produites par la prise des drogues.

La frénésie alimentaire

Depuis des années, on se demande si les obsessions alimentaires peuvent être considérées comme des addictions.

En réalité, le trouble de la frénésie alimentaire est un véritable problème qui touche de nombreux adultes à travers le monde.

Les symptômes comprennent le fait de trop manger pour apaiser ses émotions et de se sentir coupable après. La cause des troubles alimentaires n'est pas toujours connue, mais elle est la plupart du temps liée à un mal être.

L’addiction aux jeux vidéo

Tu ne peux pas te débarrasser de cette console de jeux ? Tu enchaines les matchs/niveaux sans arrêt ? On te qualifie souvent de Gamer redoutable ? Tu pourrais être une victime d’une dépendance aux jeux vidéo !

Les symptômes d'une dépendance comportementale

Les dépendances comportementales ne présentent pas les mêmes symptômes de sevrage que pour la dépendance aux substances. Par contre, les symptômes émotionnels et mentaux sont similaires, comme :

  • La culpabilité/ la honte
  • Le mensonge
  • Le manque d’intérêt pour les activités professionnelles ou scolaires
  • Les conflits avec ses amis et sa famille
  • Les troubles du sommeil
  • Le manque d’intérêt pour soi

Ces dépendances comportementales peuvent être à l'origine des conséquences physiques. Par exemple, les personnes qui ont développé une addiction au sexe peuvent contracter une IST, les accros à internet et aux jeux vidéo peuvent développer un canal carpien, des maux de tête, ou souffrir de douleurs au cou et au dos.

Traitement de la dépendance comportementale

Il existe des traitements efficaces pour faire face à la dépendance comportementale.

Grâce à des thérapies intenses et complètes, les addictions comportementales peuvent être supprimées, ce qui permet aux personnes qui en souffrent de se réapproprier leur vie.

Il n'est pas rare que les personnes souffrant d'une dépendance comportementale soient atteintes de troubles mentaux plus graves ou de toxicomanie. Dans ces cas, un double diagnostic peut être posé et les deux affections peuvent être traitées en même temps.

Généralement, le conseil psychologique est important dans le traitement de la dépendance comportementale. Lors de séances médicales, l'accent est mis sur l'identification des problèmes sous-jacents, comme les traumatismes ou encore les abus, qui peuvent avoir mené au développement de la dépendance. Prendre conscience de la cause profonde peut t’aider alors à établir des moyens de contrôler tes pulsions, de gérer tes émotions et de mettre en place les mécanismes d'adaptation qui te conviennent.

Tu peux lire aussi nos articles :

Tu peux lire aussi:

Article du service-public.fr sur les addictions

E-mag Heyme

Téléchargez gratuitement
votre e-mag parent

N°1

Mon enfant entre dans l’enseignement supérieur

Hey toi !

Check nos autres articles / actus

Vie étudiante : l'assurance responsabilité civile - Heyme
  •  
  •  
2 minutes
Vie quotidienne

Peu de personnes connaissent le rôle de l’assurance responsabilité civile dans notre vie quotidienne pourtant elle a un rôle primordial pour protéger...

avatar La team HEYME
Job étudiant : que dit la réglementation ? - Heyme
  •  
  •  
2 minutes
Vie quotidienne

Tu veux arrondir tes fins de mois et tu penses à un job étudiant ? Pour connaître tes droits et obligations, voici ce qu’il faut retenir.

avatar La team HEYME
J’ai 18 ans ! Qu’est-ce qui change ? - Heyme
  •  
  •  
2 minutes
Vie quotidienne

Félicitations, tu viens d’avoir 18 ans, ton indépendance commence maintenant car tu peux à présent légalement voler de tes propres ailes ! Avoir un co...

avatar La team HEYME

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés à optimiser l’utilisation du site. Pour en savoir plus sur notre politique de cookies, cliquez ici.