La dépression nerveuse, mieux la comprendre pour mieux s’en sortir

La dépression qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit d’un trouble mental caractérisé par un profond sentiment de vide, une autodépréciation, de la fatigue, un manque de concentration, de la tristesse, l’envie de pleurer sans raison apparente, une baisse de la libido, des troubles du sommeil et de l’alimentation, un isolement, un manque d’intérêt ou de motivation voire des pensées suicidaires. Si tu t’es reconnu dans ces symptômes tu souffres probablement de dépression. Très handicapant au quotidien, ce trouble n’est pourtant pas incurable.

En cas de pensées suicidaires n’attend pas et contacte les numéros d’urgences suivants :

Le Samu 15 ou le 112 (numéro européen)

Comprendre ce qui se passe dans ta tête

On dit généralement « je suis déprimé », comme si il s’agissait de quelque chose qui nous définit. Or, cette dépression que tu ressens, se traduit que par des sentiments comme la démotivation, la dévalorisation, la culpabilité, la tristesse, le désarroi, l’échec, le pessimisme, le fatalisme, la négativité … ça fait beaucoup et ça fait mal mais ça ne te définit pas en tant que personne.

Ta souffrance vient en partie du fait que tu penses que la dépression est de ta faute. Tu penses que puisque tu ne peux pas contrôler ta dépression, ça veut forcément dire que quelque chose cloche chez toi.

La dépression prend alors racine dans tes pensées négatives.

Tu remarqueras que tu n’es pas déprimé à 100 pourcent du temps, il y a (même si ils sont peu nombreux) des moments de répit et souvent ces moments arrivent quand tu es détourné de tes pensées.

Donc logiquement si tu as des pensées négatives tu es déprimé et si tu n’as plus ces pensées, tu ne l’es plus. Facile tu me diras !

Le problème avec ces pensées ce n’est pas leur existence mais plutôt le fait que tu crois qu’elles sont vraies et que tu leur consacres toute ton attention.

Si on y réfléchit bien, tu ne peux ni empêcher ces pensées, ni les contrôler, ni cesser de croire qu’elles sont vraies. C’est donc en fait, totalement hors de ta volonté.

Alors, comment quelque chose qui se trouve hors de ta volonté peut-elle être de ta faute ? Et bien oui tu vois, être dans un état dépressif, ce n’est pas de ta faute.

Les deux types de pensées qui provoquent la dépression sont : je ne m’aime pas et/ou ma situation ne me plait pas.

  1. Je ne m’aime pas :

Si tu ne t’aimes pas et que ce sentiment déclenche une dépression alors ça doit te conforter dans l’idée qu’il y’a vraiment quelque chose qui ne tourne pas rond chez toi. Tu vas donc penser que tu as de bonnes raisons de ne pas t’aimer.

Encore une fois, ce n’est pas parce que tu te sens déprimé que la pensée à l’origine de ta dépression est vraie !

Exemple : un ami t’appelle pour te dire que ta voiture a été volée, tu auras un sentiment d’inquiétude, de peur, de colère… mais s’il te dit ensuite que ce n’était qu’une blague, tu te sentiras soulagé et le sentiment d’inquiétude disparaîtra comme si il n’avait jamais existé.

Dans cet exemple la voiture n’a pas vraiment été volée, mais tu l’as cru un moment. C’est ce qui a déclenché les sentiments négatifs et dès que tu as appris que ce n’était pas vrai, tu t’es senti mieux et le sentiment négatif n’est plus revenu.

Le schéma est donc : Avoir des pensées négatives – les croire- ressentir des émotions négatives dévalorisantes - devenir peu productif – avoir des pensées négatives…

Très dangereux ce cercle vicieux qui se nourrit de lui-même t’entraine dans les bas-fonds de la dépression. Mais si on arrive à détruire un seul maillon de cette chaîne qui est la croyance, alors ce sera déjà le début de la guérison parce qu’en fait tu ne t’aimes pas parce que tu crois que tu es nul et non pas parce tu l’es vraiment !

Petit exercice :

Demande toi ce que tu m’aimes pas chez toi ? Tu te trouve nul, pas drôle, pas séduisant, t’es un looser qui abandonne tout le temps, qui a peur, qui n’atteint pas ses objectifs, que personne ne t’aime…

Maintenant trouve un exemple, un seul exemple, une fois qui te prouverais le contraire.

Tu vois ? Il existe quelque part, une possibilité pour que tu ne sois pas ce que tu penses être.

  1. Ma situation ne me plait pas

A moins d’être dans une situation précaire qui nécessite une prise en charge extérieure (dans ce cas adresse-toi aux services sociaux les plus proches pour obtenir de l’aide), tu peux toujours prendre du recul et réévaluer ta situation. Si celle-ci ne te plait pas, c’est probablement que tu as une idée figée de ce qu’elle doit être, de ce que tu juges être bien ou moins bien et de ce que tu penses qu’on attend de toi.

Or quand on est déprimé, notre vision de ce qui est bien ou pas est souvent déformée. Déterminer qu’une situation est mauvaise dans ta vie, c’est ton point de vue, qui dans la plupart des cas est biaisé par une image diminuée que tu as de toi même.

Faire le triste constat que telle ou telle chose ne va pas dans ta vie et que tel ou tel événement est mauvais pour toi revient à te dire que tu anticipes que les choses vont mal se passer dans l’avenir. Or on est d’accord que personne ne peut prédire l’avenir. Il faut alors que tu apprennes à te donner le bénéfice du doute.

Exemple : tu n’es pas accepté à l’école que tu voulais faire et tu penses rater une année de ta vie. Cette même année il se pourrait peut-être que tu découvres une nouvelle voie beaucoup plus en adéquation avec qui tu es.

On ne dit pas que c’est ce qui va se passer, on dit que c’est possible. Et le fait de croire que quelque chose de positif peut découler d’un événement a priori négatif c’est déjà un bon début.

Dans la plupart des cas si tu n’es pas content de ta situation c’est que tu penses qu’il n’y a qu’un seul modèle de réussite et donc de bonheur. Si tu ne te conforme pas à ce modèle alors tu penses que tu ne vaux rien.

Actuellement nous vivons dans un monde de plus en plus compétitif avec des standards de vies très élevés. En gros si à 30 ans tu n’es pas marié avec 2 enfants un garçon et une fille que tu ne vis pas dans une belle maison avec une belle voiture que tu ne voyage pas au moins deux fois par ans et que tu n’as pas un poste à responsabilités ou tu te sens épanoui et qui te rapporte gros… ben tu n’es rien. Et en plus tu dois prouver tout ça photos à l’appui pour poster sur insta !

Alors, tu en penses quoi ? Est-ce que ce modèle est le seul modèle de bonheur standard pour tous les humains de la planète ? Est-ce que ce modèle est valable dans toutes les cultures du monde ?

Ta façon de vivre ta vie n’est ni meilleure ni moins bonne qu’une autre, c’est juste une possibilité parmi d’autres et rien ne t’empêche d’accepter ta vie telle qu’elle est si elle te plait ou de dire stop, cette vie ne me convient pas et de la changer radicalement.

Le poids de la société, des amis, de la famille, du qu’en dira-t-on… Fait que tu te bloques peut-être dans un schéma qui n’est pas forcément bon pour toi. Mais la vérité c’est qu’on ne peut pas plaire à tout le monde et que la priorité numéro 1, et ça c’est universel, c’est la santé physique et mentale.

Qu’est-ce qu’il me faut pour être heureux ?

Pose-toi la question de savoir quelle est la chose que tu voudrais avoir, faire, ressentir ou accomplir plus que tout au monde. Certains diront un bon travail d’autres une relation amoureuse stable, une belle maison mais en réalité ce que nous poursuivons tous c’est la paix intérieure et le bonheur durable.

On confond malheureusement souvent l’objet du désir et le sentiment qui va avec l’obtention de cet objet du désir.

On pense que c’est ce que nous n’avons pas qui nous rend malheureux mais en réalité ce sont nos pensées négatives qui nous rendent malheureux. Les pensées de culpabilité de honte de peur de colère d’inquiétude. Ce n’est jamais le fait de ne pas être en couple ou de ne pas avoir le job de ses rêves qui nous rend malheureux mais plutôt le fait de se sentir incapable et indigne d’être aimé.

La peur de décevoir est souvent la cause du malheur de beaucoup de personnes. Enfant on a peur de décevoir nos parents, ado on a peur de ne plus faire partie du groupe de copains, adulte on a peur de ne jamais avoir de partenaire ou de ne jamais trouver le job de nos rêves et alors on commence à se décevoir soi-même et l’amour qu’on se porte commence à diminuer.

Tout le monde a le droit à l’erreur et personne n’est parfait. L’essentiel est de se relever quand on tombe et puisque tomber est inévitable, alors il faut l’accepter. Il n’y a aucun parcours sans-fautes.

Attention tout de même aux dépressions liées à une maladie grave ou à un deuil, celles-ci nécessitent une prise en charge particulière en collaboration avec un professionnel de la santé.

Mais au fait le bonheur c’est quoi ?

Le bonheur est un état de satisfaction caractérisé par sa stabilité et sa durabilité. Pour être heureux et atteindre ce sentiment de satisfaction stable et durable, il faut se détacher du mythe de la vie parfaite.

Pour commencer, tu vas devoir admettre que tu n’es pas un cas désespéré et isolé. Si on ne s’en sort pas, c’est souvent qu’on pense qu’on ne mérite pas de s’en sortir parce que :

  • Le point de vue qu’on a de ta situation est biaisé
  • On pense que si on se sent nul c’est que ça doit être vrai
  • Si on avait de la valeur on serait déjà heureux

Maintenant tu le sais, tout ça, ce ne sont que des pensées qui n’existent que dans ta tête. Ce sentiment de vide ne signifie pas que tu n’as aucune valeur. Il n’y a aucun lien de cause à effet entre ces 2 choses.

Ce sentiment naît de l’insécurité, de la peur de ne pas être à la hauteur ou de perdre ce qu’on a mais cette insécurité, encore une fois, ne détermine pas ta valeur en tant qu’être humain.

Reconstruire une bonne image de soi

Certaines personnes arrivent à se sortir de la dépression seules, d’autres ont besoins d’aide, surtout en cas de traumtisme. Il n’y a aucun mal à se tourner vers un professionnel de la santé si tu en ressens le besoin et les thérapies pour te sortir de cet état sont nombreuses. Ton psychologue ou psychiatre déterminera avec toi celle qui s’adapte le mieux à ton cas.

Les antidépresseurs agissent de manière chimique sur ton cerveau et peuvent être une « béquille » pour t’aider à t’en sortir. Mais penser que les antidépresseurs sont une solution à long terme, c’est garder une jambe cassée en pensant que le béquille réparera la fracture.

Attention à la consommation d’alcool ou de drogue, ces substances psychotropes peuvent agir de façon chimique sur ton cerveau et causer des états dépressifs. Si tu as un problème de consommation de drogues ou d’alcool tu peux contacter les services spécialisés en toxicomanie pour t’aider à t’en sortir.

Pour regagner la confiance en soi, il faut :

  • Se fixer de petits objectifs facilement atteignables pour rebooster son estime de soi ;
  • Se récompenser quand on y arrive, par un petit compliment à haute voix (bravo, je suis fière de toi, c’était dur mais tu as réussi…) ça peut paraître ridicule mais ça fait son effet ;
  • Favoriser les activités dans lesquelles tu te sens déjà à l’aise pour te voir progresser ;
  • Se répéter que tu n’es pas coupable de ne pas tout réussir, personne n’est parfait et personne n’attend de toi que tu sois parfait ;
  • Rétablir des liens sociaux et retrouver petit à petit des activités avec des amis pour se sortir de la solitude. Il n’y a pas de honte à appeler un ami ou un membre de sa famille quand on se sent mal, ils sont aussi là pour ça. Tu peux également les appeler quand tu te sens bien, ça t’aidera à déculpabiliser quand tu les appelles et que tu vas mal ;
  • Eviter les personnes toxiques qui t’entourent et qui peuvent te donner une image négative de toi et à plus long terme apprendre à te détacher de leur opinion ;
  • Faire le bilan de ce que tu trouves bien ta vie et de ce que tu souhaites changer pour trouver ta voie seul ou avec un coach ;
  • Se mettre en tête que la vie est faite de hauts et de bas et l’accepter pour mieux y faire face ;
  • S’offrir des petits plaisirs pour réapprendre à aimer se faire du bien (une petite boite de chocolat si tu aimes ça, un massage, de nouveaux habits…)
  • Ranger son lieu de vie, ça t’aidera non seulement à ressentir de la satisfaction mais aussi à avoir les idées plus claires en vivant dans un environnement agréable.

Petit à petit et en répétant ces gestes jusqu’à ce qu’ils deviennent des habitudes ton cerveau se détachera des mécanismes de fonctionnement dépressifs pour laisser place à une structure mentale plus saine.

En France 1 personne sur 10 souffre de dépression et les femmes deux fois plus que les hommes.

N’oublie pas la dépression, qu’elle soit épisodique, saisonnière, chronique, liée à des troubles menstruels ou autres, doit être prise au sérieux et traitée rapidement.

Les dispositifs d’écoute

Tous ces services d’écoute sont anonymes :

SOS Amitié :
Service d’écoute destiné à accueillir la parole de celles et ceux qui, à un moment de leur vie, traversent une période difficile.
Permanence d’écoute téléphonique 24h/24, 7j/7.
Permanence d’écoute par tchat tous les soirs de 19 h à 23 h ou par mail (réponse sous 48h maximum).
Tél. : 01 42 96 26 26 (Ile-de-France).
Retrouvez les numéros régionaux d’appel sur le site de l’association .
Site Internet : www.sos-amitie.org .

Fil Santé Jeunes :
Écoute, information et orientation des jeunes dans les domaines de la santé physique, psychologique et sociale.
Ligne d’écoute téléphonique anonyme et gratuite 7j/7, de 8h à minuit.
Tél : 32 24 ou 01 44 93 30 74 (depuis un portable)
Site Internet : www.filsantejeunes.com.

Les associations "La porte ouverte" :
Offrent un lieu d’écoute et de parole et proposent des entretiens en face à face, anonymes et gratuits avec des bénévoles.
Les coordonnées des lieux d’accueil à Besançon, Bordeaux, Lyon, Paris, Rouen et Toulouse sont disponibles sur le site de l’association.
Tél : 01 48 78 02 35.
Mail : contact@la-porte-ouverte.fr .
Site Internet : [ http://www.la-porte-ouverte.fr/ ].

Venir en aide à une personne dépressive

La dépression est un trouble qui affecte non seulement la personne concernée mais aussi son entourage.

S’en sortir prend souvent plusieurs mois même plusieurs années, alors il faut s’armer de patience et suivre les conseils suivant :

  • Ne pas faire culpabiliser avec des phrases comme « tu pourrais faire ça au moins » ou « c’est pas vrai, t’as même pas fais ça aujourd’hui ? ». La personne concernée se sent déjà coupable, alors pas la peine d’en rajouter une couche.
  • Ne pas banaliser sa souffrance avec des phrases du genre « non c’est rien » ou « c’est quoi le problème ? Je ne vois pas pourquoi tu te plaints » ou « y’a plein de gens dans des situations pires que la tienne ». La personne concernée a une image déformée d’elle-même et lui dire le contraire ne fera que renforcer son sentiment d’échec. Elle se dira « Si tout va bien alors pourquoi je me sens mal ? ». Il faut savoir que c’est au-delà de sa volonté, une personne souffrant de dépression pense que sa situation est grave et lui dire le contraire ne fera que la pousser à se sentir incomprise et à s’isoler.
  • Créer un environnement positif, avec une attitude positive en étant à l’écoute et en encourageant les moindres efforts et progrès pour renforcer sa confiance en soi.
  • Encourager la personne souffrant de dépression à se tourner vers un professionnel de la santé. Il est difficile d’accepter le problème et entamer la démarche de se rendre chez un médecin peut parfois être laborieuse quand on n’a même pas la force de quitter son lit.
  • Rester bienveillant en toutes circonstances, et ne pas hésiter à consulter soi même si on se sent dépassé.

Bon courage à tous et bon rétablissement !

Hey toi !

Check nos autres articles / actus

blog
  •  
  •  
Conseils & Astuces

Comment lutter contre la déprime ?

La déprime est un état psychologique caractérisé par une tristesse passagère, à ne pas confondre avec la dépression qui est un trouble mental plus sév...

avatar La team HEYME
blog
  •  
  •  
Vie quotidienne

Comment les étudiants vivent-ils le confinement ? Baromètre "#MoiJeune confiné et demain ?"

Parce que la génération des 18-30 ans qui traverse cette crise inédite, est aussi celle qui sera aux manettes du monde de demain, ce baromètre heb...

avatar La team HEYME
blog
  •  
  •  
Santé

Qu’est-ce que le Dossier Médical Partagé (DMP) ?

Le dossier médical partagé est un carnet de santé numérique regroupant l’ensemble de tes informations médicales et donnant une visibilité claire sur t...

avatar La team HEYME

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés à optimiser l’utilisation du site. Pour en savoir plus sur notre politique de cookies, cliquez ici.